LUCIFER : comment le mal vient au héros

Lucifer, l’ange rebelle, l’ange déchu… voilà bien un Archétype que je ne pensais jamais accueillir ! Mais les Archétypes sont là pour nous tirer vers le haut en balisant notre chemin pour nous garder des précipices.

 

Le mythe de Lucifer nous raconte l’histoire d’une prise de pouvoir ratée et de la chute qui s’en suivit. Prise de pouvoir conçue par un ange dont l’égo a enflé peu à peu jusqu’à se surévaluer, jusqu’à ne plus voir la différence entre ce qu’il était et ce qu’il voulait atteindre.

Cette chute de l’ange, La Chute, est un des passages d’évolution les plus terribles qui soient, peut-être le passage ultime, car il touche les meilleurs, ceux que l’on croit être au clair avec leur égo.

 

 

Personne n’est à l’abri de la Chute. Le mal est toujours là où l’on s’y attend le moins…

Lucifer est l’Archétype que nous avons le plus de mal à reconnaître en l’autre et encore plus en nous, bien qu’il se manifeste dans le concret d’une façon bruyante et très particulière : la colère et les cris l’accompagnent.

 

Lucifer était à l’origine un des 7 archanges, le frère de Mikaël disent certains. Il était le plus grand et le plus resplendissant de tous les anges. C’était le porteur de lumière (d’où son nom « luci » lumière et « fer » porter). Sur son front brillait une somptueuse émeraude.

Lucifer commença à vouloir imposer ses vues, à s’immiscer dans les affaires divines, à refuser d’obéir… Il fomenta une révolte parmi les anges, certains le suivirent.

 

Dieu voyant cela, envoya Mikaël, son Archange guerrier. De sa voix tonitruante il lança dans l’éther cette terrible interrogation « Qui est comme Dieu ? ». A ces mots Lucifer et les anges rebelles furent précipités dans les ténèbres.

Qui est comme Dieu, c’est-à-dire qui veut rivaliser avec le pouvoir suprême, la connaissance absolue ? En fait : qui s’identifie à Dieu ?

Cette chute n’est pas tant la punition divine qui résulte de cette prise de pouvoir injustifiée mais la chute vibratoire qui fait passer peu à peu de la lumière, de la pureté, à l’ombre.

 

Cette chute vibratoire amène-t-elle toujours une punition divine immédiate ? Certainement pas ou alors nous ne connaîtrions pas le sens des mots « dictateur », « tortionnaire », « tyran domestique », « petit chef », « gourou » (au sens négatif), ou encore « intégrisme » (cette prise de pouvoir sur la connaissance), ou même parfois « mari jaloux » et « mère abusive », tous victimes à leur âme défendante et à plus ou moins grande échelle du « complexe de Lucifer ».

 

Evidemment il y a de petites chutes et de grandes chutes, la hauteur de la chute dépend de ce à quoi on s’identifie et de l’espace qui nous en sépare.

 

Mais comment Lucifer peut-il parvenir jusqu’à nous ?

 

Cela commence en général par la perte d’une stabilité, d’un référent affectif et/ou spirituel. Puis l’ombre s’immisce lentement dans le cœur : Lucifer avance masqué, paré d’un habit de lumière et suivi d’un cortège d’illusion.

 

A partir de là, l’entourage commencera à assister à de petites démonstrations d’égo qui interpellent, mais rien de bien grave. Puis il y aura des prises de décision unilatérales, des interdits décrétés, une mise à l’isolement de l’entourage afin qu’il n’y ait plus qu’une seule référence...

La personne aux prises avec Lucifer ne le fera pas méchamment, non : aveuglée, elle est sûre de son bon droit et de la justesse de ses vues.

Elle se lancera dans un vaillant combat contre des forces adverses imaginaires ou réelles - mais vues d’une façon disproportionnée - qui tourne peu à peu à la paranoïa.

 

Impossible de lui faire entendre raison… La moindre résistance déclenchera la colère - à ne pas confondre avec une juste autorité…

Il faudra un bouc émissaire, l’enfer c’est les autres… Tout autour d’elle devient sournois, diabolique. Mais nous savons que ce qui est vu à l’extérieur est le miroir de ce qu’il y a à l’intérieur…

 

Que se passe-t-il ensuite ?

Comme pour la tour de Babel que les hommes avaient construit pour rivaliser avec Dieu, la construction de l’égo est stoppée et toutes les énergies sont dispersées.

 

Pour la personne aux prises avec Lucifer, deux options dont nous emprunterons les métaphores à des films :

-       Soit Anakin Skywalker (Star wars) devient à jamais Dark Vador,

-       Soit Gandalf le Gris (le Seigneur des Anneaux) après avoir combattu la bête du fond des âges que les nains avaient réveillée en creusant trop profondément la terre, revient en Gandalf le Blanc... C’est ce que je vous souhaite à tous si vous rencontrez Lucifer…

 

Quant à l’émeraude de Lucifer, tombée pendant la chute, elle sera récupérée et sertie sur le Saint Graal. Voilà une association symbolique qui sert de mise en garde : Si vous voulez boire à la Source, prenez garde au Pouvoir !

 

Qui est comme Dieu ? Personne…

 

Florence Fabrègue

Écrire commentaire

Commentaires : 0