AMATERASU / ZEUS : prendre sa place

AMATERASU est la déesse du soleil pour les Shintoïstes (au Japon le soleil est féminin et la lune masculin). Avec ses servantes, elle tisse la toile de l’univers. A cause d’un conflit avec son frère, le dieu de la tempête, au cours duquel elle estime avoir été flouée, elle s’enferme dans une grotte d’où elle refuse de sortir.

 

Le monde est alors plongé dans l’obscurité et tout dépérit. Les divinités bienfaisantes de la Terre décident d'agir et se mettent à faire beaucoup de bruit devant l'entrée. Attirée par  ce vacarme, Amatérasu sort la tête de sa grotte. Les petites divinités ont placées un miroir dans lequel elle ne peut alors que contempler sa magnificence et prendre conscience qu'elle ne peut priver plus longtemps le monde de sa beauté. Elle accepte alors de sortir de sa grotte, de reprendre sa place dans le ciel et la terre retrouve son équilibre.

 

J'aime beaucoup cet archétype, il apparaît souvent au cours des premières séances, parfois à la première, et c'est très bon signe. Il aide à prendre conscience que l'on s'est oublié, que l'on "s'interdit", que l'on s'enferme, se punit, que l'on se refuse d'exister et qu'un véritable potentiel reste à l'état latent. C’est le moment du passage entre la mise en retrait de soi et la vraie reconnaissance de ce que l'on est. Amatérasu tisse la toile de l'univers, c'est donc elle qui le crée, lui donne forme, le construit, elle en est le maître. Si elle n'est pas en place au centre du monde, il n'y a que stagnation et il meurt peu à peu. L'évolution ne peut reprendre que si elle a une juste conscience de ce qu'elle est, de sa "beauté".

 

A la différence de Narcisse(1) qui, à la suite du même constat, va rester en contemplation devant lui-même, se nourrir de lui-même, rester en circuit fermé, Amatérasu va prendre la décision de redonner cette beauté au monde,  de le nourrir avec ce qu'elle est.   Le consultant a besoin d'une intervention extérieure bienveillante pour accepter de quitter la prison dans laquelle il s'est lui-même enfermé. Amatérasu va l'accompagner alors qu'il vient de faire le choix, lui aussi, de "sortir de sa grotte".

 

La simple lecture du mythe amène souvent le consultant dans une grande émotion : l'archétype lui tend un miroir où il peut envisager de se voir rayonnant. L'archétype le reconnaît dans sa magnificence. Il reprend confiance. Tout le travail qui suivra sera une remontée vers le haut du ciel, là où se trouve la place du soleil, là où l'être va prendre sa seule véritable place : au centre de son monde (au centre de lui-même).

zeus.jpgZEUS : Fils de Cronos et de Rhéa, eux-mêmes enfants du Ciel et de la Terre, Zeus est le dieu principal de la mythologie grecque, il règne sur le Ciel et la Terre. Il est le maître de la foudre, de la pluie et des orages. Il se tient sur l'Olympe, la montagne sacrée, et règne sur les hommes, confortablement assis sur son trône. Il ne combat pas, il ne craint rien ni personne et c'est le monde qui tourne autour de lui.  Il ne crée pas la loi, il est la loi. Au-delà de cette fonction il crée et renouvelle la mythologie elle-même en séduisant déesses et mortelles et en concevant avec elles des enfants.


La posture de Zeus est celle de la confiance absolue, il est fermement assis sur son trône, il ne doute pas, ni de lui ni des autres ni de l'accomplissement de sa volonté. Il est totalement en accord avec sa position sociale. Il est exactement à sa place. Il sait qui il est, de quoi il est capable et ce qu'il veut. Il a une fonction qui a du sens et il l'assume. Il remplit son espace complètement, il y est présent totalement et cette présence renforce son assise.

 

AMATERASU et ZEUS partagent la même problématique : pour les deux il s’agit de prendre sa place, mais l'un précède l'autre. Amatérasu sort de sa grotte pour, peu à peu, monter haut dans le ciel et s'installer au centre de son être. Il reste à Zeus, déjà en place sur son trône, à apprendre à régner en mesurant l'impact et la responsabilité de sa fonction. Il devra faire des choix, impulser des directions, organiser et gérer avec autorité, mais aussi protéger pour enfin prendre conscience qu'il est au service du monde sur lequel il règne et non l'inverse.

 

 L'activité d'Amatérasu est dirigée vers l'intérieur tandis que celle de Zeus est totalement tournée vers l'extérieur.

 

Cela rappelle le principe du labyrinthe initiatique : on entre dans le labyrinthe (la grotte d'Amatérasu) pour se rendre vers le centre (le Soi), on y rencontre son ombre (pour Amatérasu sa peur du monde) que l'on doit terrasser ou transmuter puis on a l'expérience du Soi (pour Amatérasu voir sa beauté dans le miroir). A partir de là il reste à parcourir le chemin inverse, pour redonner au monde ce que l'on est (Amatérasu  monte au ciel pour éclairer le monde). Une fois en place il reste à contrôler, maîtriser, gérer (Zeus sur son trône).

 

Florence

 

1) Narcisse : Parce qu’il refuse l’amour de la nymphe Écho, Vénus condamne Narcisse, un beau mais très vaniteux jeune homme, à n’aimer que sa propre image. Un jour, alors qu’il se penche au-dessus d’une source, il aperçoit un beau visage (le sien) et en tombe éperdument amoureux. A partir de cet instant, chaque fois qu’il tente de s’approcher de ce merveilleux visage, l’eau se trouble. Il se consume d’amour sans espoir puis se noie en tentant de rejoindre l’être aimé.

Écrire commentaire

Commentaires: 0